Steinbeck, The Grapes of Wrath

Couverture de l’édition originale (CC Viking Press)

 

  • The Grapes of Wrath (Les Raisins de la colère)
  • Maison d’édition : Viking Press
  • Date : 1939
  • Pulitzer en 1940
  • Adaptation par John Ford au cinéma (avec Henry Fonda) en 1940

L’origine du projet des Grapes of Wrath prend sa source dans le travail journalistique de Steinbeck : le San Francisco News, en 1936, lui commande une série d’articles qu’il intitule « The Harvest Gypsies » sur la condition des Okies* dans les camps californiens, ces métayers agricoles fuyant le Dust Bowl* et la Grande Dépression. Après un travail d’investigation et d’enquête sur le terrain, dans la lignée d’Upton Sinclair, Steinbeck décide de transformer sa matière non-fictionnelle en grand roman symphonique, sociologique, didactique et allégorique sur la condition des travailleurs agricoles quittant l’Oklahoma pour vivre une conquête de l’Ouest déceptive, puisqu’il n’y a plus de « Frontière »*.
Steinbeck fait vivre à la famille Joad les événements qu’il a pu observer dans les camps de migrants en Californie entre 1936 et 1938 (la dénutrition, l’insalubrité causant des maladies et de la mortalité infantile etc.).
La construction du roman est particulière : Steinbeck fait alterner la narration des péripéties des Joad des chapitres dits « intercalaires » où il prend de la hauteur et présente les mêmes événements d’un point de vue de la collectivité, dans un style empruntant au ton prophétique des textes bibliques, annonçant les « vendanges futures » de la colère populaire.
Grand succès populaire, il obtient le Pulitzer et est adapté en film par John Ford dès 1940. Il appartient encore de nos jours à l’imaginaire populaire états-unien.

 

*Okies : nom xénophobe donné aux migrants agricoles arrivant en Californie ;

*Dust Bowl : catastrophe climatique et sociale qui a asséché les terres de plusieurs états pendant les années 1930 à cause, entre autres, de la monoculture intensive du coton.

*Frontière : mythe états-unien lié à la Conquête de l’Ouest. Kennedy parlait par exemple de “nouvelle frontière” pour désigner la conquête spatiale.

 

  • Allemagne : Die Freüchte des Zornes, trad. Lambrecht Klaus, Humanitas Verlag, 1940.
  • Espagne : Las uvas de la ira, trad. Guerra Canevado Hernan, Zig-Zag, 1947.
  • France : Les Raisins de la colère, trad. Cointreau Maurice-Edgar et Duhamel Marcel, Gallimard, 1947.
  • Italie : Furore, trad. Coardi Carlo, Bompiani, 1940.
  • Japon : 怒りの葡萄 (Ikarinobudō), trad. Daiichi Shobō, Itaru Nii, 1940.
  • Palestine mandataire : Enbi Zem, trad. Shenhar Yitzhak, Arzi Hashimer Hatzaïr, 1941.
  • Portugal : As vinhas da ira, trad. Vinhais Ernesto et Caro Herbert et Ribas Tomaz, Livros do Brasil, 1947.
  • Roumanie : Fructele mâniei, trad. Ionescu-Areff G., Socec, 1942.
  • Slovénie : Sadovi jeze, trad. Kresal Rudolf, Plug, 1943.
  • URSS : Гроздья гнева (Grozdiya gneva), trad. Volzhinoi N., GIHL, 1940.

 

“Les États de l’Ouest sont inquiets à l’approche du changement. Le besoin est ce qui stimule la conception, la conception est ce qui pousse à l’action. Un demi-million d’hommes qui se déplacent dans le pays ; un autre million qui s’impatiente, prêt à se mettre en mouvement ; dix millions qui ressentent les premiers symptômes de nervosité.

Et les tracteurs creusent leurs multiples sillons sur les terres désertées.”

The Grapes of Wrath (trad. française de Cointreau et Duhamel)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victoria Pleuchot (18 mars 2024). Steinbeck, The Grapes of Wrath. Littératures du travail. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w182


Victoria Pleuchot

Docteure en littérature comparée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search