Agnes Smedley

« Mon adolescence fut une suite de longues années grises marquées d’inquiète incertitude. Je commençai 1000 choses et n’en pus mener aucune à bien. Une seule était positive : notre pauvreté. »

Agnes Smedley, Daughter of Earth (trad. française Une femme seule, 1933)
Agnes Smedley en Chine (deuxième en partant de la gauche) – Domaine public
  • SMEDLEY Agnes
  • 1892 (Missouri, USA) – 1950 (Londres, UK)
  • Langue d’écriture : Anglais

Issue d’une famille pauvre, d’abord rurale (parents fermiers du Missouri) puis urbaine (père mineur au Colorado pendant la grande grève de 1903-1904), Agnes Smedley effectue de nombreux métiers (vendeuse, secrétaire, institutrice) avant de devenir une militante et une journaliste à plein temps. Elle est d’abord proche de la militante pour la contraception et fondatrice du Planning Familial états-unien Margaret Sanger et participe à son journal Birth Control Review.
Smedley s’engage ensuite pour le mouvement d’indépendance indien auprès d’un militant comme Virendranath Chattopadhyaya. Elle rejoint ensuite le Komintern et, spécifiquement, le Parti Communiste Chinois, pour qui elle devient espionne (elle aurait été une des espionnes les plus prolifiques du XXe siècle). Elle suit la progression des armées chinoises et est une fervente défenseuse de la Révolution chinoise jusqu’à sa mort : elle demande d’ailleurs à être enterrée à Beijing.
Son seul roman autofictionnel, Daughter of Earth, préfigure de nombreuses expérimentations des romans du travail des années 1930, tout en prenant en compte la spécificité du genre féminin des travailleuses et des femmes précaires.

  • Daughter of Earth (1929) [dont une version raccourcie est publiée tout d’abord dans la revue New Masses sous le titre « One is not Made of Wood. »]

« Les hommes qui empoignaient leur hache, leur pic et leur pelle et disparaissaient dans l’abîme noir des fosses ne savaient jamais s’ils en sortiraient morts ou vivants. Les Américains-nés redoutaient ce travail aux mines. Lorsque mon père voulait poser au martyre vis-à-vis de ma mère, il la menaçait de s’embaucher comme mineur. Je ressentais moi-même cette peur commune à tous les ouvriers nés en Amérique, cette angoisse qui les étreint à la pensée qu’un jour, dans une situation désespérée, ils pourraient se trouver réduits à coiffer le bonnet de mineur »

Agnes Smedley, Daughter of Earth (trad. française Une femme seule, 1933)

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victoria Pleuchot (25 mars 2024). Agnes Smedley. Littératures du travail. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w34b


Victoria Pleuchot

Docteure en littérature comparée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search