Kanikōsen (1929) – Kobayashi Takiji

Kobayashi Takiji (domaine public)

 

  • 蟹工船, Kanikōsen (Le Bateau-usine)
  • Publié en feuilleton dans la revue Senki
  • Maison d’édition : Senki édition.
  • Censuré par l’état nippon.
  • Date : 1929.

Le roman de Kobayashi Takiji est inspiré d’articles de journaux relatant un fait-divers (des ouvriers maltraités sur un bateau usine qui se rebellent contre le capitaine). L’auteur a fait, comme Zola dans ses Carnets d’enquête, des recherches documentaires pour écrire ce récit mais s’inspire aussi de l’œuvre autofictionnelle de Yoshiki Hayama Umi ni Ikuru Hitobito (Celui qui vit sur la mer) datant de 1926 et qui retrace son expérience sur un cargo de charbon.
Loin des récits d’aventure maritime à la Moby Dick, le Kanikōsen est une faction (contraction de fact et de fiction) s’inscrivant dans la lignée des recommandations culturelles soviétiques : c’est un récit réaliste qui doit montrer didactiquement la victoire future des idéaux socialistes.
Les ouvriers de ce bateau-usine vont faire l’expérience, du fait de la précarité, des privations, de la misère et des crimes de leurs supérieurs, de la solidarité, jusqu’à organiser une grève.
Le récit a été adapté en manga en 2006 par Gô Fujio. Un peu oublié au Japon pendant la deuxième partie du XXe siècle, il redevient un best-seller lors de la crise économique de la fin des années 2000.

 

  • Allemagne : Krabbenfischer, trad. Alfons Mainka, Volk und Welt, 1958.
  • Espagne : Kanikosen, el pesquero, trad. Ôno Shizuko et Juste Jordi , Ático de los Libros         2010.
  • France : Le Bateau-usine, trad. Lesigne-Audoly Evelyne, Yago, 2009.
  • Italie : Il peschereccio di granchi, trad. Salis Faliero, Tirrenia Stampatori, 2006.
  • Portugal : O caranguexeiro, trad. Álvarez Martínez Gabriel,     Editorial Hugin e Munin, 2020.
  • Tchécoslovaquie: Loď na kraby: Román o těžkém životě japonských rybářů, trad. Hilská Vlasta, Pavel Prokop, 1947.
  • URSS : Крабоконсервная фактория (Krabokonservnaya faktoriya), trad. Fel’dman N. (Н. Фельдман), TSK (ЦК), 1932.
  • USA : The Factory Ship, trad. Motofuji Frank, University of Washington Press, 1973.
  • USA : The Cannery Boat, trad. Bickerton William Maxwell, International Publishers, 1933.
  • USA : The Crab Cannery Ship, trad. Cipriš Željko, Hawaï Press University, 2013.

La houle se fit bientôt plus forte, plus rapide. En rencontrant les mâts, le vent faisait un mugissement lugubre. On entendait sans arrêt grincer les vis et les boulons de la coque. En s’engageant dans le détroit de Sôya, ce navire de près de trois mille tonnes avançait en hoquetant. Subitement soulevé par quelque force sublime, il flottait dans les airs pendant un instant puis retrouvait sa position initiale. À chaque descente, les hommes à bord ressentaient cette désagréable impression, comme dans un ascenseur, d’être près de faire dans leur froc. Quelques ouvriers, atteints du mal de mer, sans forces, le teint jaunâtre, n’avaient plus de vif que le regard. Ils dégueulaient.

Kobayashi, Le Bateau-usine (trad. française)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victoria Pleuchot (28 avril 2024). Kanikōsen (1929) – Kobayashi Takiji. Littératures du travail. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/wkbs


Victoria Pleuchot

Docteure en littérature comparée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search